Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 novembre 2017 5 03 /11 /novembre /2017 19:07

La porte de l'église grince et se referme mal. J'entre dans une odeur d'encens, de silence, et de bois ciré. Un bouquet de feuillage roux à la main, je vais vers la niche de plâtre et sa petite vierge bleue en bois peint. Sur sa voûte, je dépose les rousseurs d'automne. Le mur s'illumine. J'allume deux bougies, une pour la famille, une pour le monde, je ne pense à rien, un geste presque païen. Je m'assois sur le banc, devant l'autel. Du vitrail, descend une lumière irisée. Rien ni personne ne prie mais tout est présent. Des choses immobiles respirent paisiblement. Sur le tissu blanc de la pierre d'autel, une lampe rouge brûle comme une fleur. L'instant est total, ce qu'il dure, sans importance. Je me lève. En partant, je touche le bénitier, il est sec, et doux. Je dis au-revoir et merci comme ça, dans une caresse de marbre blanc. La porte grince et se referme mal. Dehors, le soleil ruisselle.

 

Ile Eniger - Solaire - (à paraître)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Joe 06/11/2017 15:03

Nullement pratiquante, mais croyant à une intelligence supérieure et à un plan d'évolution, je suis souvent attirée par les petites églises ou chapelle où règne souvent, bien plus que dans les grandes, une énergie d'amour et de paix. Je reviens à l'instant d'accompagner ma soeur pour l'autre monde et votre texte est un baume sur mon coeur. Pour cette occasion j'ai découvert un texte de Benoît Marchon que je vous joins :
L’arbre et la graine

Quelqu'un meurt,
Et c'est comme des pas
Qui s'arrêtent.
Mais si c'était un départ
Pour un nouveau voyage...
Quelqu'un meurt,
Et c'est comme une porte
Qui claque.
Mais si c'était un passage
S'ouvrant sur d'autres paysages...
Quelqu'un meurt,
Et c'est comme un arbre
Qui tombe,
Mais si c'était une graine
Germant dans une terre nouvelle...
Quelqu'un meurt,
Et c'est comme un silence
Qui hurle.
Mais s'il nous aidait à entendre
La fragile musique de la vie...

ainsi que cette citation de Christian Bobin
La mort tombe dans la vie comme une pierre dans un étang : d'abord, éclaboussures, affolements dans les buissons, battements d'ailes et fuites en tout sens. Ensuite, grands cercles sur l'eau, de plus en plus larges. Enfin le calme à nouveau, mais pas du tout le même silence qu'auparavant, un silence, comment dire : assourdissant.
Affectueusement

Joe

Ile Eniger 07/11/2017 11:25

Oui pour "la conscience supérieure et le plan d'élévation". Triste avec vous que votre soeur ait quitté sa forme terrestre, je vous souhaite une douce lumière au coeur pour l'accompagner dans cette "élévation", on a beau savoir que les séparations n'en sont pas vraiment, la douleur qui les accompagne est bien présente et demande du temps pour être apprivoisée et acceptée. Merci pour les deux très beaux textes. En profonde amitié. Ile

Sedna 06/11/2017 13:14

Personnellement, je ne suis pas pratiquante mais lorsque je pénètre dans une église, je me sens apaisée et j'aime m’asseoir un moment et respirer l'odeur de la foi qui règne en maître dans ce lieu

Ile Eniger 06/11/2017 13:36

Je ne suis pas non plus "pratiquante" au sens habituel du terme, mais je m'applique à pratiquer la recherche d'une certaine justesse, celle qui pourrait rallier toutes les différences et apaiser les différentes facettes humaines vers la beauté et la bonté. Et j'aime aussi entrer dans un lieu de prières, quel qu'il soit, il y a là, souvent, une Paix qui fait du bien.

  • : PAGES ECRITES
  • PAGES ECRITES
  • : Littérature
  • Contact

  • Ile Eniger
  • Auteur
  • Auteur

Bandeau - A propos - Blog : Photos Ile E.

 

Recherche

Les archives de ce site ne portent que sur les 4 derniers mois

 Photos et textes sont protégés, prière de demander une autorisation d'utilisation, merci et bonne visite

Catégories