Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 août 2020 6 15 /08 /août /2020 21:36

Quand la tasse se brise, la préférée, celle qui vient de loin, sidéré, on ramasse les morceaux de vieille porcelaine, le bleu qui a traversé les années. On balaie les tout petits débris, coupants. On pleure parce que la brisure arrête quelque chose, on ne s'y attendait pas. Les moments de douceur étaient éternels puisqu'ils étaient. Quand la tasse se brise, le souvenir prend forme, bleu, une ombre de paupière. On le sait, le café du matin sera puni, on ne le boira plus à la même heure, plus de la même façon.

 

Ile Eniger - Les mains frêles (à paraître)

Partager cet article

Repost0

commentaires

jpv 17/08/2020 18:44

Merci, chère belle tasse aimée, de m'avoir accompagné toutes ces années... tu veux peut-être me souffler qu'il est tant de renaitre, que cette partie de mon âme que j'ai si volontiers enfermée en toi a envie, et besoin, de respirer au large? Me souvenir que je suis un voyageur des deux mondes, et que pour un nomade dormir deux nuits sur le même sable est un affront à la vie? Merci, chère vieille tasse ainée, merci du fond du coeur…

Ile Eniger 17/08/2020 23:18

jpv, tes mots sont un joli et sage voyage et ma vieille tasse et moi t'en remercions du fond du bleu. Ile

Joe 16/08/2020 20:54

C'est fou comme toutes sortes d'objets, vêtements, lieux et autres sont liés à jamais à nos souvenirs, agréables ou pas. Notre mémoire visuelle est souvent sollicitée par ces éléments mais je crois qu'en ce qui concerne nos chers disparus la plus révélatrice de leur présence reste la mémoire auditive à laquelle nous avons désormais accès grâce aux enregistrements et que dire de la mémoire olfactive si puissante ! Merci pour ce très beau texte

Ile Eniger 17/08/2020 00:25

Les objets symbolisent parfois l'absolu de ce dont on les a investis, le vivant vit aussi dans la matière. Merci Joe pour votre visite. Ile

Sedna 16/08/2020 10:05

L'objet brisé crée une fêlure mais le souvenir demeure vivant au coeur

Ile Eniger 16/08/2020 12:09

L'être est toujours dans l'instant présent mais il s'habille de ce qui l'a accompagné, et parfois s'est brisé, pour inscrire le pas à pas de la route ; comme Montaigne qui ne "retranche pas" mais "ajoute". Bon dimanche Sedna et merci de votre visite. Ile

  • Ile Eniger
  • Auteur
  • Auteur

"N'allez pas là où le chemin peut mener,

allez là où il n'y a pas de chemin

et laissez une trace"

Ralph Waldo Emerson

Recherche

Pour une utilisation des publications prière de demander une autorisation

Les archives portent sur les 4 derniers mois

Bandeau : Photo Céline Guillet (La Sorgue)

 

Catégories

Pour commander mes livres

"Écrire c'est aimer sans la peur épuisante d'être abandonné"

René Frégni