Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 décembre 2020 6 12 /12 /décembre /2020 18:43

Elle ne pleurera pas. Pas tout de suite. Il lui faut encore rentrer le linge, le plier, préparer un semblant de repas, changer l'eau du chat, arroser les deux jacinthes achetées pour Noël. Le clocher sonne six fois dans le soir d'hiver qui tombe. Elle pense qu'elle aimerait l'entendre avec lui. Elle écrit le mot seule sur la buée des vitres. La buée pleure. Pas elle, pas tout de suite. Elle pleure tellement souvent maintenant qu'elle sait différer. Elle ouvrira les vannes plus tard, ce soir, dans son lit. Juste avant de ne pas dormir.

 

Ile Eniger - Les mains frêles (à paraître)

Partager cet article

Repost1

commentaires

S. 13/12/2020 11:25

Il est ailleurs. Et ici nous sommes seuls. Ceux qui nous tenez au chaud, ceux qui portez notre existence, ceux qui maintenant sont de plus en plus nombreux dans notre mémoire, dans nos nuits. Vous dites bien Ile notre impuissance et ce n'est pas facile cette épreuve qui nous appauvrit, comment aimer à travers cette buée... Sommes avec vous. S.

Ile Eniger 13/12/2020 11:54

"Qui nous appauvrit" et qui, également, nous engage à polir le diamant que chacun porte en Soi. Travail de tous les instants... Et merci pour votre présence S. Passez un bon dimanche. Ile

Sedna 13/12/2020 10:35

Toujours cette douleur latente au coeur, si bien exprimée par vos mots d'amour

Ile Eniger 13/12/2020 11:52

La marche sur les braises jumelle souvent la route d'hiver... Merci Sedna et bon dimanche. Ile

  • Ile Eniger
  • Auteur
  • Auteur

"N'allez pas là où le chemin peut mener,

allez là où il n'y a pas de chemin

et laissez une trace"

Ralph Waldo Emerson

Recherche

Pour utilisation des textes prière de demander une autorisation

Les archives portent sur les 4 derniers mois

Pour voir les images en plus grand, cliquer sur l'article

 

 

Catégories

Pour commander mes livres

"Écrire c'est aimer sans la peur épuisante d'être abandonné"

René Frégni