Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 août 2021 7 15 /08 /août /2021 11:44

L'absence ploie dans les souvenirs d'un visage. Cette fois, les orages sont venus non pour donner à boire mais pour détruire. Un mer bat et rebat ses galets d'indifférence. Les ombres dansent à la potence d'un ciel brûlant. Le jardin ne donne plus grand-chose. Des pensées pattes d'oiseaux s'agrippent aux heures. Quelques mots erratiques déchirent les pluriels du silence. En pays de pierrailles, quand la vie tombe, écrire est un abri. Tenir. Traverser. Et au soir, remercier les étoiles qui apaisent l'herbe brûlée du jour.

 

Ile Eniger - Les pluriels du silence (à paraître)

Partager cet article
Repost0

commentaires

J
L'irrémédiable d'un désespoir s'enferme dans des mots d'une puissance magnifique, "quand la vie tombe" le poids de certaines phrases nous terrasse, pourtant il faudra bien que la lumière revienne.
JMS
Répondre
I
Merci cher JMS. Tu sais que la quête de lumière m'est un chemin essentiel. Ile
S
Très beau. L'écriture est un exutoire si souvent
Répondre
I
En tout cas un des multiples chemins où chercher d'où l'on vient et savoir où l'on veut aller. Bon dimanche Sedna.

  • Ile Eniger
  • Auteur
  • Auteur

"N'allez pas là où le chemin peut mener,

allez là où il n'y a pas de chemin

et laissez une trace"

Ralph Waldo Emerson

Recherche

Pour utilisation des textes prière de demander une autorisation

Les archives portent sur les 6 derniers mois

Pour voir les images en plus grand, cliquer sur l'article

 

 

Catégories

Pour commander mes livres

"Écrire c'est aimer sans la peur épuisante d'être abandonné"

René Frégni

Bandeau : Photo Ile Eniger

A propos : Ile Eniger - Dessin Emile Bellet