Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 août 2020 7 02 /08 /août /2020 17:38

J'aime mieux parler avec le chat, il ne se prend pas au sérieux malgré son air d'intérêt général. Ou encore avec la tourterelle du toit d'en face, qui peigne son jabot d'un bec précis et affairé. J'aime mieux le moineau effronté, l'insouciant pissenlit, le torrent gaillard, la chèvre obstinée, l'insolent jasmin, la poignée de terre et le simple du jour qui se lève et s'endort sans savoir. Même les fourmis en bandes organisées finissent par me faire rire. Mais les cénacles, ô les cénacles d'écrivants et leurs mouchoirs de papier, les chapelles au dieu moi, les réunions d'ego, les réseaux phraseux, politiques ou savants, me font changer de rue. Me font emprunter la traverse.

 

Ile Eniger - Les mains frêles (à paraître)

Partager cet article

Repost0
23 juillet 2020 4 23 /07 /juillet /2020 15:45
Mon livre d'artiste "Peu de chose", dans l'interview de Michel Boucault pour la revue Art et Métiers du Livre
Mon livre d'artiste "Peu de chose", dans l'interview de Michel Boucault pour la revue Art et Métiers du Livre

Mon livre d'artiste "Peu de chose", dans l'interview de Michel Boucault pour la revue Art et Métiers du Livre

Partager cet article

Repost0
15 juillet 2020 3 15 /07 /juillet /2020 18:03

Elle navigue au près. Loin des voisinages, des remous verbeux. Elle évite les ports, les jolies coques, les régates et les routes à trophées. Elle va vent debout sur la puissance d'eau, gîte vers le soleil sans tirer de bords. La lumière pour sextant, elle se méfie des fausses traces de sel. Elle ne bat jamais pavillon. On la croise parfois dans une crique calme, loin des bruits inutiles. On la reconnaît à son silence d'observance. On dit qu'elle connaît la baleine blanche, le vertu des algues, la force des vents. On dit qu'elle dort dans les bras d'un sauvage. Mais on dit tant de choses. Elle habite sur une île où l'on peut vivre nue sans crainte des yeux sales.

 

Ile Eniger - Les mains frêles (à paraître)

Partager cet article

Repost0
13 juillet 2020 1 13 /07 /juillet /2020 10:18

J'ai le plaisir de vous annoncer la parution aux

Éditions Chemins de Plume

de mon roman/récit

 

"LES OISEAUX ONT DE LARGES AILES"

 

172 pages - Prix du livre 14 € + participation frais de port : 2 € = 16 €

On peut commander ce livre sur le site des Éditions Chemins de Plume, sur mon site (par mail privé) et en librairies.

 

 

Les oiseaux ont de larges ailes - Ile Eniger
Les oiseaux ont de larges ailes - Ile Eniger
Les oiseaux ont de larges ailes - Ile Eniger

Partager cet article

Repost0
3 juillet 2020 5 03 /07 /juillet /2020 22:12

Chanteur hawaïen décédé en 1997 à 38 ans d'une insuffisance respiratoire, la voix beauté pure d'Israel Kamakawiwo'ole dit "Iz", traverse toujours merveilleusement l'éternité.

Partager cet article

Repost0
3 juillet 2020 5 03 /07 /juillet /2020 10:57

Chaque accomplissement entame et termine le temps d’une seule traite. Prendre soin des mots, c’est prendre soin du réel qu’ils transportent. L’acte créatif est celui qui soigne notre impuissance à jouir du présent avec suffisance. La joie est un sanctuaire ouvert à chacun mais l’on n’y rencontre qu’un petit nombre de personnes, un cercle restreint de profanes en état de grâce. Mais alors n’est-elle promise seulement à quelques initiés ? Non bien sûr ! Mais elle nécessite un recueillement préalable sans lequel elle peut devenir subversive. La joie simple, la simple joie, navigue dans notre sang jusqu’à la rencontre des faits qui lui offrent d’éclater de rire. Parce que la joie est la résistance universelle à la cruauté de l’existence, elle est le porte-parole de notre conscience.

 

Bruno Bourdiol

Partager cet article

Repost0
24 juin 2020 3 24 /06 /juin /2020 22:17

La pluie a cessé

Les nuages se sont éloignés

Et le temps est clair à nouveau

Si ton coeur est pur, alors tout ce qui constitue ton monde est pur

Et la lune et les fleurs te guideront sur le chemin.

 

Ryôkan

 

Partager cet article

Repost0
23 juin 2020 2 23 /06 /juin /2020 10:53

http://www.editionscheminsdeplume.com/

 

Bien triste d'annoncer que Tristan CABRAL est parti pour le ciel des poètes.

 

Voici ce qu'écrit son ami Jean-Michel Sananès :

 

À Tristan,

 

Tristan, c'était un homme tendresse, une blessure, une déchirure,

le fils de l'absolu respect de la vie et d'une mémoire meurtrie.

C'était cet enfant blessé au point zéro de sa jeunesse,

écrasé par la folle croyance en ce possible-impossible

qui écornait les hiers et plus loin que la vie ronge le devenir.

Cet homme frère de tous les hommes

ne cessait de mesurer la distance de la bête identitaire

qui oublie que l'homme est Un.

Comme un oiseau dans le miroir,

il se heurtait aux impérialismes qui dépècent ses semblables.

Il était l'homme frère des hommes,

le cri de l'impuissance perdu dans un monde d'in-amour.

Il était Tristan, l'homme qui regardait l'enfant derrière les barbelés,

l'homme qui portait en lui toutes les blessures du siècle.

Sans apartheid, il était Barcelone, Auschwitz, Srebrenica,

un des suicidés d'Argelès-sur-Mer,

un désespoir d'homme sur le chemin.

Il était cette petite route où se cherche l'enfance,

il était l’enfant de cendres.

Il est la présence qui me parle, il est mon ami.

 

JMS

 

 

Partager cet article

Repost0
21 juin 2020 7 21 /06 /juin /2020 14:13
Croquis Emile Bellet

Croquis Emile Bellet

Texte de Ile Eniger

Partager cet article

Repost0
15 juin 2020 1 15 /06 /juin /2020 10:15

Et toujours cette femme dans la lumière - Tableau à l'huile de Emile Bellet.

Partager cet article

Repost0
12 juin 2020 5 12 /06 /juin /2020 11:30

© Stéphanie Bellet (extrait de : "La mémoire oubliée")

Partager cet article

Repost0

  • Ile Eniger
  • Auteur
  • Auteur

"N'allez pas là où le chemin peut mener,

allez là où il n'y a pas de chemin

et laissez une trace"

Ralph Waldo Emerson

Recherche

Pour une utilisation des publications prière de demander une autorisation

Les archives portent sur les 4 derniers mois

Bandeau : Photo Céline Guillet (La Sorgue)

 

Catégories

Pour commander mes livres

"Écrire c'est aimer sans la peur épuisante d'être abandonné"

René Frégni