Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 novembre 2021 1 22 /11 /novembre /2021 18:33

Je n'ai jamais autant ressenti, dans cette barbarie audible du monde, la nécessité de veiller, de me sentir responsable de tout ce qui est humain, de la tranquille assurance des herbes. C'est envers et contre tout, malgré le désastre organisé du "vieux monde",  que se poursuit le chant des herbes et des terres meubles, des arbres et des saisons. La culture urbaine a voulu tout effacer, ne laisser aucune trace de l'activité sourde et tenace des germinations. Elle persiste pourtant, dans le mouvement régulier des mois et des semaines qui s'égrènent, dans le retour des brumes d'automne, dans le surgissement des premières gelées, dans l'affalement blanc de la neige, dans la virulence des bourgeons. C'est dans cette confiance que l'on se refait, dans cette fidélité.

 

Alain Vircondelet - Éloge des herbes quotidiennes - Éditions du Rocher

Partager cet article
Repost0
11 novembre 2021 4 11 /11 /novembre /2021 12:49

C'était un homme ordinaire, un qui tous les jours partait à vélo jusqu'à son carré de jardin pas très loin du village. Ses outils bien rangés dans le cabanon de bois, au soir il ramenait des légumes et des fleurs. Il parlait patois avec ses vieux amis. Tous les 11 novembre, il se rasait de près, prenait soin de sa mise et partait au cimetière pour le dépôt de gerbe de la commune à ses enfants : "Morts pour la France durant la Grande Guerre", comme il était écrit au fronton du monument aux morts. Une fois, je l'avais accompagné, il tenait ma main. Quand le clairon de la sonnerie aux morts a retenti, il l'a lâchée, s'est essuyé les yeux avec son mouchoir à carreaux qui sentait la lavande, puis il l'a reprise, bien serrée. J'étais petite, sept ou huit ans. J'avais entendu dire qu'à la guerre, il avait porté sur son dos, pendant des kilomètres de tranchées aux boyaux boueux, pestilentiels, glaciaux, sans eau, un camarade blessé, et que pour cela, on lui avait donné une médaille qu'il laissait dans sa boîte au fond d'un tiroir parce que, disait-il : "Je ne l’ai pas sauvé pour une médaille, mais parce que c'était normal". C'était un homme ordinaire Gustave, c'était mon grand-père.

 

Ile Eniger - Les mains frêles -Éditions Chemins de Plume

 

Partager cet article
Repost0
7 novembre 2021 7 07 /11 /novembre /2021 12:13

Cette lettre est pour toi. Vieux chat au soleil blanc d'une presque dormance. Penser, écrire, dire, être, cette lettre en frissonne. Brindilles d'air, pailles brûlées des jours, quelque chose palpite qui maintient le vivre. J'ai froid, j'ai froid. Tes gestes manquent aux miens pour les réchauffer. Blottie entre les lignes, je suis si loin, si près. L'alphabet de ton absence assemble des mots. Consolation.  Sous la lueur bleue de la fenêtre, je t'écris. Le jasmin penche vers le seuil. Quelques oiseaux ouvrent le matin.  Une odeur de café et d'encre respirent la vie naturelle. Je t'écris pour me souvenir de ta main. Au bois des étagères, des livres parlent de choses, de vies,  d'amour. Cette lettre aussi.

 

Ile Eniger - Les pluriels du silence (à paraître)

Partager cet article
Repost0
6 novembre 2021 6 06 /11 /novembre /2021 12:42

On a deux vies. La deuxième commence quand on réalise qu'on en n'a qu'une.

Confucius

Partager cet article
Repost0
6 novembre 2021 6 06 /11 /novembre /2021 11:15

Partager cet article
Repost0
29 octobre 2021 5 29 /10 /octobre /2021 12:14
Salon du Livre Colmars-les-Alpes
Salon du Livre Colmars-les-Alpes
Salon du Livre Colmars-les-Alpes

Partager cet article
Repost0
16 octobre 2021 6 16 /10 /octobre /2021 15:27

"Être le moins écrivain possible. Être sans métier, merveilleusement libre, amoureux fou de l'éloignement, de l'errance sur les crêtes. Écrire sans ne plus tenir compte de rien".

 

Extrait de "Carnet du Lent Chemin" - Joël Vernet - Edts La rumeur libre.

Partager cet article
Repost0
14 octobre 2021 4 14 /10 /octobre /2021 12:22

Partager cet article
Repost0
12 octobre 2021 2 12 /10 /octobre /2021 22:46
Mon nouveau livre de textes poétiques, "Les mains frêles" est paru. Pour le commander : chez l'éditeur Chemins de Plume, en librairies, par contact sur ce site.

Mon nouveau livre de textes poétiques, "Les mains frêles" est paru. Pour le commander : chez l'éditeur Chemins de Plume, en librairies, par contact sur ce site.

Partager cet article
Repost0
12 octobre 2021 2 12 /10 /octobre /2021 17:36

C'était au soir, Je vous lisais. Vous étiez l'oiseau, la grâce légère se passant d'approbation. Comme un ami des roses, vous regardiez par-dessus le mur. Je voyais avec vous. C'était une trace sur la neige, parfaite. Une voix ouvrant ses fenêtres sur des souffles de nuits d'été.  C'était un état donnant corps et âme à toute chose. Peut-on imaginer plus belle manière de s'endormir que votre voix de papier, de mâle intensité et d'infinie douceur, murmurant de si belles choses ?

 

Ile Eniger - Les pluriels du silence (à paraître)

Partager cet article
Repost1
6 octobre 2021 3 06 /10 /octobre /2021 14:52

Merci de tout coeur à ceux/celles venu(e)s (parfois de loin !) sur le stand des Éditions Chemins de Plume pour rencontrer mon écriture en des moments d'échanges chaleureux.  I.E.

Partager cet article
Repost0

  • Ile Eniger
  • Auteur
  • Auteur

"N'allez pas là où le chemin peut mener,

allez là où il n'y a pas de chemin

et laissez une trace"

Ralph Waldo Emerson

Recherche

Pour utilisation des textes merci de demander une autorisation

Les archives portent sur les 6 derniers mois

Pour voir les images en plus grand, cliquer sur l'article

 

 

Catégories

Pour commander mes livres

"Écrire c'est aimer sans la peur épuisante d'être abandonné"

René Frégni

Bandeau : Photo Mireille Barbieri

A propos : Ile Eniger - Dessin Emile Bellet