Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 août 2021 3 25 /08 /août /2021 13:43
Elle au soleil - Peinture à l'huile - Emile Bellet

Elle au soleil - Peinture à l'huile - Emile Bellet

Partager cet article
Repost0
21 août 2021 6 21 /08 /août /2021 13:22

 "En cette heure où l’on ne voit plus rien, tout paraît autrement lisible"

Florence Saint-Roch

Partager cet article
Repost0
17 août 2021 2 17 /08 /août /2021 22:17
Emile Bellet

Partager cet article
Repost0
15 août 2021 7 15 /08 /août /2021 11:44

L'absence ploie dans les souvenirs d'un visage. Cette fois, les orages sont venus non pour donner à boire mais pour détruire. Un mer bat et rebat ses galets d'indifférence. Les ombres dansent à la potence d'un ciel brûlant. Le jardin ne donne plus grand-chose. Des pensées pattes d'oiseaux s'agrippent aux heures. Quelques mots erratiques déchirent les pluriels du silence. En pays de pierrailles, quand la vie tombe, écrire est un abri. Tenir. Traverser. Et au soir, remercier les étoiles qui apaisent l'herbe brûlée du jour.

 

Ile Eniger - Les pluriels du silence (à paraître)

Partager cet article
Repost0
14 août 2021 6 14 /08 /août /2021 14:37

"Chaque fois que le soleil descend
Et que le thym roussit dans le sein de la pierre
Une goutte d’eau creuse jusqu’à la moelle le silence
Une cloche sonne les années, suspendue au très vieux platane.

Les étincelles ne dorment que d’un œil dans les braises de la solitude
Et les toits songent au duvet doré ombrageant les lèvres de juillet
Jaune comme la barbe du maïs brûlé par le désespoir du couchant../.."

 

"Une toute petite plume blanche
d’un oiseau de passage
est tombée dans les épines ‒
un monde infime,
le monde entier"

 

Yannis Ristsos

 

Partager cet article
Repost0
13 août 2021 5 13 /08 /août /2021 15:36

"Ne faites rien contre votre conscience même si l'État vous le demande"

Albert Einstein

Réfléchissons !...
Réfléchissons !...

Partager cet article
Repost0
12 août 2021 4 12 /08 /août /2021 12:23

Texte intégral de Jonathan Livingston le Goéland de Richard Bach, en lecture gratuite sur le site "La Chanson Grise" : http://chansongrise.canalblog.com/archives/2020/03/29/38145309.html

Partager cet article
Repost0
11 août 2021 3 11 /08 /août /2021 15:43

Concours de reliure 18 juin 2021

 

Au sein de l’école des AAAV (Atelier d’arts appliqués du Vésinet). Toutes les reliures réalisées sur ce même livre "Peu de chose" de Ile Eniger illustré par Michel Boucaut, seront exposées.

 

Plaisir que mon livre d'artiste avec encres et gaufrages de Michel Boucaut aux Editions Le Libre Feuille : "Peu de chose", fasse l'objet de ce concours de reliure. Ile E.

 

Reliure proposée par Laurence Larrieu dont je vous recommande la visite du site

Reliure proposée par Laurence Larrieu dont je vous recommande la visite du site

Partager cet article
Repost0
11 août 2021 3 11 /08 /août /2021 14:00

L’essentiel de la vie n’est pas de se demander ce que nous avons récolté,

mais ce que nous avons semé.

Thomas Carlyle

 

Il y a quelque chose qui est au-delà de l'amour, au-delà des mots, au-delà même de la création; il m'a fallu attendre de vieillir pour apprendre cela. Quand on a parcouru un long chemin, qu'on est arrivé le plus loin possible, après avoir tout quitté, au moment où on pense qu'on ira pas plus loin - c'est là qu'on découvre que le voyage ne fait que débuter, et que la route ne va pas plus loin au sens où elle s'éloignerait de soi, mais qu'elle est en soi, à l'intérieur de soi. Alors on se laisse envelopper par le silence, on ne cherche plus rien, on existe simplement en soi-même et on éprouve une sorte de paix.

Karel Schoeman

 

Je ne suis pas ce qui m'est arrivé, je suis ce que je choisis de devenir.

Carl Gustav Jung

 

Partager cet article
Repost0
6 août 2021 5 06 /08 /août /2021 12:48

Ce qui m'importe c'est cette force ensemble bâtie, ensemble entretenue, ensemble habitée. Ce bel égrégore plus grand que nous. Ce lieu sacré qu'aucun dés-espoir ne peut atteindre. Tu n'es plus là mais ton âme veille, maintient avec moi l'incommensurable puissance du vivant.  Les discours étroits, les gestes indifférents, les pensées malveillantes, n'ont aucune prise sur la décision de lumière. Les murs sont illusoires devant l'éternité d'aimer.

 

Ile Eniger - Les pluriels du silence - (à paraître)

Partager cet article
Repost0
5 août 2021 4 05 /08 /août /2021 21:43

Ils fusillèrent les rires, les différences, les audaces. Ils barrèrent les rues et tout sens qu’ils ne trouvèrent pas conforme. Ils arrachèrent les livres, civilisèrent la mort, la rajeunirent. Ils arrangèrent le passé. De leurs idées arrêtées, ils firent des églises où ils sacrifièrent la vérité. Ils emprisonnèrent les paysages, suspectèrent l'intelligence, conditionnèrent l’amour, colonisèrent l'herbe sauvage, calfeutrèrent la joie, surveillèrent le désir, évaluèrent les maisons, parquèrent l’imagination, déclarèrent courte l’enfance. Quand ils eurent mis en bouteille, la vague, l'inventivité, la liberté, l’âme, et autres choses gênantes, ils dirent aux arbres quels fruits ils devraient porter. Ils installèrent l’uniforme de la pensée unique et décidèrent de ce qui était bon. Les tuiles qui rêvaient aux étoiles furent jetées aux orties qui elles-mêmes furent exterminées. Les champs, ces voix sans issues, furent stérilisés, comme les animaux, les idées, les rêves, les couleurs, et ceux qui ne pensaient pas comme eux. Ils déclarèrent dangereux le rire, l'espoir, le chant, la connaissance. Ils dressèrent des chiens, des lois et des tours. Les oiseaux furent bagués, les esprits lessivés.  Quand ils eurent asséché l’intérieur et l’extérieur, quand ils eurent  effacé les larmes, quand ils eurent sacrifié le vivant, ils trouèrent le ciel, trafiquèrent les cellules, inventèrent maladies et remèdes, assujettirent la réflexion, brûlèrent le jour et tout ce qui ne leur ressemblait pas. Puis, ils vidèrent les bacs à sable. Alors, il ne resta plus rien, ni personne, pour crier au loup ou pousser une balançoire. Et sur la boule bleue désaffectée, ils ne virent plus, dans l’orbite morte du soleil, que leur visage, infâme et sans nom.

 

Ile Eniger - Du feu dans les herbes - Éditions Cosmophonies Internationales - 2002

Partager cet article
Repost0

  • Ile Eniger
  • Auteur
  • Auteur

"N'allez pas là où le chemin peut mener,

allez là où il n'y a pas de chemin

et laissez une trace"

Ralph Waldo Emerson

Recherche

Pour utilisation des textes merci de demander une autorisation

Les archives portent sur les 6 derniers mois

Pour voir les images en plus grand, cliquer sur l'article

 

 

Catégories

Pour commander mes livres

"Écrire c'est aimer sans la peur épuisante d'être abandonné"

René Frégni

Bandeau : Photo Mireille Barbieri

A propos : Ile Eniger - Dessin Emile Bellet