Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
31 août 2017 4 31 /08 /août /2017 17:46

Regardez mes frères, le printemps est venu, la terre a reçu les baisers du soleil et nous verrons bientôt les fruits de cet amour. Chaque graine est éveillée, et de même, tout animal est en vie. C’est à ce pouvoir mystérieux que nous devons nous aussi notre existence. C’est pourquoi nous concédons à nos voisins, même nos voisins animaux, autant de droit qu’à nous d’habiter cette terre. Cependant écoutez-moi mes frères, nous devons maintenant compter avec une autre race, petite et faible quand nos pères l’ont rencontrée pour la première fois, mais aujourd’hui, elle est devenue tyrannique. Fort étrangement, ils ont dans l’esprit la volonté de cultiver le sol, et l’amour de posséder est chez eux une maladie. Ce peuple a fait des lois que les riches peuvent briser mais non les pauvres. Ils prélèvent des taxes sur les pauvres et les faibles pour entretenir les riches qui gouvernent. Ils revendiquent notre mère à tous, la terre, pour eux seuls et ils se barricadent contre leurs voisins. Ils défigurent la terre avec leurs constructions et leurs rebuts. Cette nation est comme le torrent de neige fondue qui sort de son lit et détruit tout sur son passage.

 

Sitting Bull, Chef Sioux

Repost 1
20 août 2017 7 20 /08 /août /2017 09:05

Sera comblé
Celui pour qui l’espace
Ne sera pas dehors.

 

Ecoute en toi le merle
Comme il t’habite.

 

Regarde-toi par lui
T’étendre sur la plaine.

 

Guillevic

Repost 0
16 août 2017 3 16 /08 /août /2017 10:32

Les temps viennent, ma nuit arrive, je n'irai pas plus loin que mes chaussures.

Où que j’aille,  je serai sans haine.

Je resterai une âme debout parmi les fils des forêts de vie où l'espoir garde sa place, une feuille sous le vent, là où, encore, les enfants chantent les lendemains.  

J’irai, ne renonçant à rien, il me faut vivre et dire ce à quoi je crois.

 

Extrait du texte de Jean-Michel Sananès :  "Je n'irai pas plus loin que mes chaussures" - Blog de Cheval Fou

Repost 0
25 juillet 2017 2 25 /07 /juillet /2017 09:06

"La nature a toutes les mémoires et pourtant elle est un absolu présent"

Anne Dufourmantelle

Repost 0
19 juillet 2017 3 19 /07 /juillet /2017 16:01

"Celui qui déplace la montagne c'est celui qui commence à enlever les petites pierres"

 Confucius

Repost 0
16 juillet 2017 7 16 /07 /juillet /2017 09:24

Je t’attendais ainsi qu’on attend les navires

Dans les années de sécheresse quand le blé

Ne monte pas plus haut qu’une oreille dans l’herbe

Qui écoute apeurée la grande voix du temps

 

Je t’attendais et tous les quais toutes les routes

Ont retenti du pas brûlant qui s’en allait

Vers toi que je portais déjà sur mes épaules

Comme une douce pluie qui ne sèche jamais

 

Tu ne remuais encore que par quelques paupières

Quelques pattes d’oiseaux dans les vitres gelées

Je ne voyais en toi que cette solitude

Qui posait ses deux mains de feuille sur mon cou

 

Et pourtant c’etait toi dans le clair de ma vie

Ce grand tapage matinal qui m’éveillait

Tous mes oiseaux tous mes vaisseaux tous mes pays

Ces astres ces millions d’astres qui se levaient

 

Ah que tu parlais bien quand toutes les fenêtres

Pétillaient dans le soir ainsi qu’un vin nouveau

Quand les portes s’ouvraient sur des villes légères

Où nous allions tous deux enlacés par les rues

 

Tu venais de si loin derrière ton visage

Que je ne savais plus à chaque battement

Si mon cœur durerait jusqu’au temps de toi-même

Où tu serais en moi plus forte que mon sang.

 

René Guy Cadou extrait de : Hélène ou le règne végétal - Seghers

Repost 0
29 juin 2017 4 29 /06 /juin /2017 13:56

Les fleurs ont ouvert leurs parasols
et la taille fine dans leurs robes à plis
se chuchotent leurs ennuis de fleurs
en fumant des parfums dans des tiges.
L'une se plaint des visiteurs nocturnes(les araignées),
l'autre des bourdons
qui rasent son toit comme des avions,
l'autre d'une épine au cœur,
l'autre de l'incompréhension du jardinier,
et celle qui ne parle pas, la plus heureuse,
cache sous sa feuille, un cocon de chenille.
Elle est enceinte d'un papillon !
Les criquets eux,
font le service à cette terrasse
et c'est bien joli !

 

Félix Leclerc

Repost 0
11 juin 2017 7 11 /06 /juin /2017 11:00

Je n'ai jamais autant ressenti, dans cette barbarie audible du monde, la nécessité de veiller, de me sentir responsable de tout ce qui est humain, de la tranquille assurance des herbes. C'est envers et contre tout, malgré le désastre organisé du "vieux monde" que se poursuit le chant des herbes et des terres meubles, des arbres et des saisons. La culture urbaine a voulu tout effacer, ne laisser aucune trace de l'activité sourde et tenace des germinations. Elle persiste pourtant, dans le mouvement régulier des mois et des semaines qui s'égrènent, dans le retour des brumes d'automne, dans le surgissement des premières gelées, dans l'affalement blanc de la neige, dans la virulence des bourgeons. C'est dans cette confiance que l'on se refait, dans cette fidélité.
 

Alain Vircondelet - Éloge des herbes quotidiennes -Éditions du Rocher

Repost 0
9 juin 2017 5 09 /06 /juin /2017 14:19

"J'estime que moins une créature peut se défendre, plus elle a droit à la protection de l'homme contre la cruauté humaine"

Gandhi

Repost 0
22 mai 2017 1 22 /05 /mai /2017 11:17

Il y a 132 ans mourrait l'immense Victor Hugo. Dans sa dernière lettre il écrivait :

 

"Je vais fermer l'oeil terrestre mais l'oeil spirituel restera ouvert, plus grand que jamais. Je repousse l’oraison de toutes les églises. Je demande une prière à toutes les âmes."

 

"Dieu. L’âme. La responsabilité. Cette triple notion suffit à l’homme. Elle m’a suffi. C’est la religion vraie. J’ai vécu en elle. Je meurs en elle. Vérité, lumière, justice, conscience, c’est Dieu. Deus, Dies".

 

"Je désire être porté au cimetière dans le corbillard des pauvres".

Repost 0
16 mai 2017 2 16 /05 /mai /2017 17:13

Avoir conscience, ne serait-ce pas avant tout aimer, prendre soin, s'émerveiller ? Et être dans l'inconscience, détruire et profaner tout ce qui est à portée de main et à distance de nos coeurs ?

 

Pierre Rabhi

Repost 0
14 mai 2017 7 14 /05 /mai /2017 18:13

Ma renarde, pose ta tête sur mes genoux. Je ne suis pas heureux et pourtant tu suffis. Bougeoir ou météore, il n'est plus de cœur gros ni d'avenir sur terre. Les marches du crépuscule révèlent ton murmure, gîte de menthe et de romarin, confidence échangée entre les rousseurs de l'automne et ta robe légère. Tu es l'âme de la montagne aux flancs profonds, aux roches tues derrière les lèvres d'argile. Que les ailes de ton nez frémissent. Que ta main ferme le sentier et rapproche le rideau des arbres. Ma renarde, en présence des deux astres, le gel et le vent, je place en toi toutes les espérances éboulées, pour un chardon victorieux de la rapace solitude.

 

René Char

Repost 0
9 mai 2017 2 09 /05 /mai /2017 14:37

On a tous une île
Sous le niveau des flots
De sa vanité
Les contours
D'un geste d'amour
À réaliser
Un sourire à donner
À celui qui ne le demande pas
Un geste simple
À ne pas oublier
Raccommoder
Sa langue béante
Réapprendre le regard
Ne jamais se contenter
De soi
Toujours panser ses blessures
Cicatriser
Les mots qui vous déchirent
Penser l'autre autrement
Rêver de vacances
Dans son jardin intérieur
Se pencher sur la pierre
Et caresser le vent
Comme si l'évidence
Nous appartenait
Osons
Enfin
N'être
Que nous-mêmes.

 

Jean-Luc Gastecelle
 

Repost 0
5 mai 2017 5 05 /05 /mai /2017 21:57

Nous sommes ce que nous pensons.

Tout ce que nous sommes résulte de nos pensées.

Avec nos pensées, nous bâtissons notre monde.

 

Siddhārtha Gautama Bouddha

Repost 0
18 avril 2017 2 18 /04 /avril /2017 18:17

Aujourd’hui
ma dignité
sera de m’agenouiller
au niveau de ma peur
à hauteur de mes hontes
de vouvoyer les vôtres
avec ce respect
du frère non de ses actes
de guérir la poussière
avec l’eau tirée
au puits d’humilité

d’aimer au pied de la lettre
sans attendre
sans prétendre
rien de plus
qu’un regard échangé
comme un passeport
d’éternité.

 

Florence Noël

 

 

Repost 0
14 avril 2017 5 14 /04 /avril /2017 10:46

La langue française est mal traitée en France, comme si sa puissance d'expressivité, sa richesse de vocabulaire, étaient méconnues : quand je vais au Québec et que je constate combien les "gens de là-bas" défendent notre belle langue, j'ai honte pour les imbéciles prétentieux qui croient faire chic et branché en truffant leur langue mal maîtrisée et donc plate, de mots anglais. À la radio, l'autre jour : on y parle du marathon de Paris et une participante lâche : "C'est bon de vivre une identité de team" - entendez : d'équipe, qui est un si joli mot ! Au lieu de parler du marché de la course à pied - dans le sport, tout semble finir par le fric, c'est triste - elle affirme : "Le marché du running" a changé !!! À quoi riment ces pitreries d'incultes ? Ces snobismes d'aplatis du pois chiche ? Quand quelqu'un lance une idée, il est bien vu de rétorquer : "Tu forget" !!! Et pas "Tu oublies". Et, quand ce n'est pas possible, vous devez dire avec désinvolture : "No way" !! Le pompon, c'est un commentateur qui donne des conseils bancaires et dit : "C'est safe" pour dire c'est sûr. Au cas où vous douteriez de la sécurité de la chose, safe, ce serait plus sûr ? Rien n'est moins certain et fondé que ce bla bla qui fait des trous dans la langue pour y mettre du creux. Jacteurs de petite extrace, que dit de vous ce désamour de la langue française ? Que vous n'êtes pas dignes de la parler. Et que vous devriez cesser de déshonorer votre langage vide de conviction.

Olympia Alberti

Repost 0
13 avril 2017 4 13 /04 /avril /2017 09:56

Il est urgent d’éradiquer ce principe de compétition qui place l’enfant, dès sa scolarité, dans une rivalité terrible avec les autres et lui laisse croire que s’il n’est pas le meilleur, il va rater sa vie.

Beaucoup répondent à cette insécurité par une accumulation stupide de richesses, ou par le déploiement d’une violence qui vise à dominer l’autre, que l’on croit devoir surpasser.

Aujourd’hui, on est tout fier lorsqu’un enfant de 5 ans sait manipuler la souris de l’ordinateur et compter parfaitement. Très bien. Mais trop d’enfants accèdent à l’abstraction aux dépens de leur intériorité, et se retrouvent décalés par rapport à la découverte de leur vraie vocation.

Dans notre jeune âge, nous appréhendons la réalité avec nos sens, pas avec des concepts abstraits.

Prendre connaissance de soi, c’est d’abord prendre connaissance de son corps, de sa façon d’écouter, de se nourrir, de regarder, c’est ainsi que l’on accède à ses émotions et à ses désirs.

Quel dommage que l’intellect prime à ce point sur le travail manuel. Nos mains sont des outils magnifiques, capables de construire une maison, de jouer une sonate, de donner de la tendresse.

Offrons à nos enfants ce printemps où l’on goûte le monde, où l’on consulte son âme pour pouvoir définir, petit à petit, ce à quoi l’on veut consacrer sa vie.

Offrons-leur l’épreuve de la nature, du travail de la terre, des saisons.

L’intelligence humaine n’a pas de meilleure école que celle de l’intelligence universelle qui la précède et se manifeste dans la moindre petite plante, dans la diversité, la complexité, la continuité du vivant.

Pierre Rabhi

Repost 0
11 avril 2017 2 11 /04 /avril /2017 09:40

Tout près de moi, le romarin semble osciller en guise d'affirmation. Nos vibrations concordent. Lavée de frais la sauge s'élance toutes tiges dressées, droites, comme des acclamations. Mais ici, il ne s'agit pas de délire collectif, de défilés hilares ou d'expressions de haine. Ici ce n'est qu'une profonde discrétion. C'est à peine vu. Cela se passe en fait dans le silence de l'accord. On pourrait presque devant elles et devant toutes les autres plantes pareillement dressées, avoir honte de nos comportements. Sortir sur la pointe des pieds.

Pierre-Albert Jourdan - Les sandales de paille - Mercure de France
 

Repost 1

  • : PAGES ECRITES
  • PAGES ECRITES
  • : Littérature
  • Contact

  • Ile Eniger
  • Auteur
  • Auteur

Bandeau - A propos - Blog : Photos Ile E.

 

Recherche

Les archives de ce site ne portent que sur les 4 derniers mois

 Photos et textes sont protégés, prière de demander une autorisation d'utilisation, merci et bonne visite

Catégories