Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 novembre 2017 4 09 /11 /novembre /2017 19:29

Il a poussé son chevalet dans une coin de l'atelier. Ses mains ne voleront plus sur une toile. Il a perdu ses couleurs, les noms de ceux qu'il aime. La lumière ne sera plus peinte. Il est l'exil. Une pierre ferme l'horizon. La cisaille mord l'attache du fruit. S'affaisse l'inutile prière. Quelque chose se tait qui étouffe le cri. Comment nommer l'innommable douleur, l'impossible secours, l'inéluctable peine ? Il fait froid partout ce soir. Une pluie glaciale déménage l'automne, sillons roux sur la terre gercée. Je pense aux bêtes loin des terriers, aux gens seuls, aux pas trempés sur les pavés de rues indifférentes. Je pense à ce qui s'efface. Ce qui disparaît. Ce qui n'attend plus. Je pense à ce qui fuit entre les doigts. Il manque tellement ce temps d'insouciance verte à croquer en riant.

 

Ile Eniger - Solaire - (à paraître)

Repost 0
3 novembre 2017 5 03 /11 /novembre /2017 19:07

La porte de l'église grince et se referme mal. J'entre dans une odeur d'encens, de silence, et de bois ciré. Un bouquet de feuillage roux à la main, je vais vers la niche de plâtre et sa petite vierge bleue en bois peint. Sur sa voûte, je dépose les rousseurs d'automne. Le mur s'illumine. J'allume deux bougies, une pour la famille, une pour le monde, je ne pense à rien, un geste presque païen. Je m'assois sur le banc, devant l'autel. Du vitrail, descend une lumière irisée. Rien ni personne ne prie mais tout est présent. Des choses immobiles respirent paisiblement. Sur le tissu blanc de la pierre d'autel, une lampe rouge brûle comme une fleur. L'instant est total, ce qu'il dure, sans importance. Je me lève. En partant, je touche le bénitier, il est sec, et doux. Je dis au-revoir et merci comme ça, dans une caresse de marbre blanc. La porte grince et se referme mal. Dehors, le soleil ruisselle.

 

Ile Eniger - Solaire - (à paraître)

Repost 0
21 octobre 2017 6 21 /10 /octobre /2017 10:59

Les mots tombent dans le grand blanc et noir. Les abîmes grandissent quand les ailes doutent. La souffrance de la solution est parfois plus grande que la douleur du problème. Mes phrases se tiennent par la main comme des pas frileux sur un chemin aléatoire. Il faut sans cesse détecter l'étincelle, inventer la couleur. Il faut peut-être toute une vie pour que le tournoiement du poème prenne sens. À deux pas de la solitude et des interrogations, quatre marrons au fond des poches pour trésors, des enfants jettent leurs cris d'hirondelles sur les chemins d'automne. Les platanes quittent leurs corsets d'écorces, époussètent leurs feuilles jaunies fatiguées d'avoir joué les éventails à la saison brûlante. Des feux de jardins délivrent des messages qu'ignore l'application du jardinier. Les maisons ont fermé leurs fenêtres, la buée nostalgique. Le chat remet de la fourrure sous l'œil du soleil pâle. La terre se repose des outrances d'été. Encore quelques oiseaux s'égosillent au portant d'une lumière rousse. Tout est bien. Et si le matin tousse, c'est que les cheminées s'essaient aux premières flambées, rien de bien grave. Accrochée à une herbe ballottée par les vents, ma main convoque l'écriture, truite vive depuis tant d'années.

Ile Eniger - Solaire - (à paraître)

 

Repost 0
11 septembre 2017 1 11 /09 /septembre /2017 08:56

L’âme ne vieillit jamais, simplement, le temps terrestre, de temps en temps, lui rappelle qu’elle est en voyage - I.E.

Repost 0
8 septembre 2017 5 08 /09 /septembre /2017 13:43

C'est un taureau aux pattes avant cassées. Ils lui ont cassé ses pattes pour satisfaire leurs jeux du cirque. Ils s'acharnent. Quatre matadors bariolés, ignobles, grotesques, psychopathes. Ils frappent, piquent, insultent, ils le veulent debout. La bête essaie de se mettre debout. Ses pattes avant sont cassées. Ils les lui ont cassées. Les quatre monstres s'obstinent sous les encouragements hystériques de la foule en liesse. Dans l'arène, le taureau s'écroule, il se couche sans se plaindre. Les fous exultent leur haine. Cette scène, je l'ai vue sur un de ces réseaux sociaux qui relaient tant d'informations. Bien sûr, j'ai signé la pétition contre la corrida. Bien sûr. J'ai pleuré aussi d'appartenir à cette race humaine qui jouit de torturer ses frères, toutes espèces confondues. Puis j'ai écrit ce texte, comme une caresse longue, douce, pour le taureau, et pour tout ce qui souffre sous tous les jougs. Un texte pour dire ma douleur que des hommes choisissent de briser la vie. C'est un texte pauvre, sans ampleur autre que de dire ce qu'il dit. Un texte juste pour aimer.

 

Ile Eniger- Solaire - (à paraître)

Repost 0
6 septembre 2017 3 06 /09 /septembre /2017 17:36

Rien n’est jamais acquis

chaque jour est un nouveau pas

on ne sait jamais lequel.

I. E.

Repost 0
26 août 2017 6 26 /08 /août /2017 11:39

Les couronnes d'herbes et les jeux de cartons éclairent les bonheurs d'enfance. Les adultes éteignent ces royaumes. Leurs chemins pollués, leur profits illusoires, leur temps perdu à prendre et à tricher enterrent les rires. Rien ne semble éclairer la nuit, on finit par douter de la lumière. Pourtant, quelque chose résiste, s'accroche au fanal, la parole donnée, une présence d'oiseau, les yeux d'un chat, une flaque d'eau, un sentier de chèvre, des choses plus grandes que leurs noms. Contre les naufrageurs, l'espoir s'oriente à l'étoile. Les jours de brouillard, c'est là qu'il est beau de suivre la confiance.

 

Ile Eniger - Solaire - (à paraître)

Repost 0
20 août 2017 7 20 /08 /août /2017 15:31

Ma mère

 robes claires

 rires de fontaine

chants d'alouette

gestes heureux

Ma mère

fauchée en plein vol

souffrante en son corps

entravée en ses jours

seule en son cœur

Ma mère

terre solitaire

en souvenir de fleurs

nourrissant les canards

au bord de la Sorgue

Ma mère

musique

muette

loin

Où ?

Ma mère

Je t'écris.

 

Repost 0

  • : PAGES ECRITES
  • PAGES ECRITES
  • : Littérature
  • Contact

  • Ile Eniger
  • Auteur
  • Auteur

Bandeau - A propos - Blog : Photos Ile E.

 

Recherche

Les archives de ce site ne portent que sur les 4 derniers mois

 Photos et textes sont protégés, prière de demander une autorisation d'utilisation, merci et bonne visite

Catégories