Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 septembre 2017 4 14 /09 /septembre /2017 10:00

La solidarité, c'est possible : A Cap d'Ail, dans un immeuble, une résidente a mis en place une étagère afin de favoriser l'échange d'objets devenus inutiles pour les uns mais pouvant être utiles pour d'autres. Dans un monde où l'argent est roi, on ne peut que se réjouir de l'inventivité de ceux qui croient que la bonté est plus importante que la finance. I.E.

PS - Il se trouve que cette résidente est ma fille et que je suis fière de sa belle initiative !

 

Information solidaire
Information solidaire
Repost 0
11 septembre 2017 1 11 /09 /septembre /2017 08:56

L’âme ne vieillit jamais, simplement, le temps terrestre, de temps en temps, lui rappelle qu’elle est en voyage - I.E.

Repost 0
10 septembre 2017 7 10 /09 /septembre /2017 14:10
J'y signerai mon nouvel opus de nouvelles : "Simples Voix" - Au plaisir de vous y rencontrer. I.E.

J'y signerai mon nouvel opus de nouvelles : "Simples Voix" - Au plaisir de vous y rencontrer. I.E.

Repost 0
8 septembre 2017 5 08 /09 /septembre /2017 13:43

C'est un taureau aux pattes avant cassées. Ils lui ont cassé ses pattes pour satisfaire leurs jeux du cirque. Ils s'acharnent. Quatre matadors bariolés, ignobles, grotesques, psychopathes. Ils frappent, piquent, insultent, ils le veulent debout. La bête essaie de se mettre debout. Ses pattes avant sont cassées. Ils les lui ont cassées. Les quatre monstres s'obstinent sous les encouragements hystériques de la foule en liesse. Dans l'arène, le taureau s'écroule, il se couche sans se plaindre. Les fous exultent leur haine. Cette scène, je l'ai vue sur un de ces réseaux sociaux qui relaient tant d'informations. Bien sûr, j'ai signé la pétition contre la corrida. Bien sûr. J'ai pleuré aussi d'appartenir à cette race humaine qui jouit de torturer ses frères, toutes espèces confondues. Puis j'ai écrit ce texte, comme une caresse longue, douce, pour le taureau, et pour tout ce qui souffre sous tous les jougs. Un texte pour dire ma douleur que des hommes choisissent de briser la vie. C'est un texte pauvre, sans ampleur autre que de dire ce qu'il dit. Un texte juste pour aimer.

 

Ile Eniger- Solaire - (à paraître)

Repost 0
6 septembre 2017 3 06 /09 /septembre /2017 17:36

Rien n’est jamais acquis

chaque jour est un nouveau pas

on ne sait jamais lequel.

I. E.

Repost 0
5 septembre 2017 2 05 /09 /septembre /2017 09:07
Mes deux nouveaux ouvrages seront disponibles chez l'éditeur et en librairies à partir d'octobre 2017. I.E.
Mes deux nouveaux ouvrages seront disponibles chez l'éditeur et en librairies à partir d'octobre 2017. I.E.

Mes deux nouveaux ouvrages seront disponibles chez l'éditeur et en librairies à partir d'octobre 2017. I.E.

Repost 0
4 septembre 2017 1 04 /09 /septembre /2017 14:25
Au plaisir de vous y rencontrer. I.E.

Au plaisir de vous y rencontrer. I.E.

Repost 0
31 août 2017 4 31 /08 /août /2017 17:46

Regardez mes frères, le printemps est venu, la terre a reçu les baisers du soleil et nous verrons bientôt les fruits de cet amour. Chaque graine est éveillée, et de même, tout animal est en vie. C’est à ce pouvoir mystérieux que nous devons nous aussi notre existence. C’est pourquoi nous concédons à nos voisins, même nos voisins animaux, autant de droit qu’à nous d’habiter cette terre. Cependant écoutez-moi mes frères, nous devons maintenant compter avec une autre race, petite et faible quand nos pères l’ont rencontrée pour la première fois, mais aujourd’hui, elle est devenue tyrannique. Fort étrangement, ils ont dans l’esprit la volonté de cultiver le sol, et l’amour de posséder est chez eux une maladie. Ce peuple a fait des lois que les riches peuvent briser mais non les pauvres. Ils prélèvent des taxes sur les pauvres et les faibles pour entretenir les riches qui gouvernent. Ils revendiquent notre mère à tous, la terre, pour eux seuls et ils se barricadent contre leurs voisins. Ils défigurent la terre avec leurs constructions et leurs rebuts. Cette nation est comme le torrent de neige fondue qui sort de son lit et détruit tout sur son passage.

 

Sitting Bull, Chef Sioux

Repost 1
29 août 2017 2 29 /08 /août /2017 18:16
Au plaisir de vous y rencontrer ! I.E.

Au plaisir de vous y rencontrer ! I.E.

Repost 0
26 août 2017 6 26 /08 /août /2017 11:39

Les couronnes d'herbes et les jeux de cartons éclairent les bonheurs d'enfance. Les adultes éteignent ces royaumes. Leurs chemins pollués, leur profits illusoires, leur temps perdu à prendre et à tricher enterrent les rires. Rien ne semble éclairer la nuit, on finit par douter de la lumière. Pourtant, quelque chose résiste, s'accroche au fanal, la parole donnée, une présence d'oiseau, les yeux d'un chat, une flaque d'eau, un sentier de chèvre, des choses plus grandes que leurs noms. Contre les naufrageurs, l'espoir s'oriente à l'étoile. Les jours de brouillard, c'est là qu'il est beau de suivre la confiance.

 

Ile Eniger - Solaire - (à paraître)

Repost 0
20 août 2017 7 20 /08 /août /2017 15:31

Ma mère

 robes claires

 rires de fontaine

chants d'alouette

gestes heureux

Ma mère

fauchée en plein vol

souffrante en son corps

entravée en ses jours

seule en son cœur

Ma mère

terre solitaire

en souvenir de fleurs

nourrissant les canards

au bord de la Sorgue

Ma mère

musique

muette

loin

Où ?

Ma mère

Je t'écris.

 

Repost 0
20 août 2017 7 20 /08 /août /2017 09:05

Sera comblé
Celui pour qui l’espace
Ne sera pas dehors.

 

Ecoute en toi le merle
Comme il t’habite.

 

Regarde-toi par lui
T’étendre sur la plaine.

 

Guillevic

Repost 0
19 août 2017 6 19 /08 /août /2017 09:16

On entend le ciel armer ses fusils et les cuivres du soleil martèlent les heures jusqu'au blanc des façades. C'est encore le temps des cerises dans les rires de mémoire quand déjà, gorge dure tendue, la terre craquelle sous la charge d'été. Un plomb incandescent dessèche ses crevasses. Chaque orage sec la plisse davantage. Haletantes, des bouches de soif vident les fontaines. Les portes des granges sont ouvertes, les bêtes en alpages, les mouches abandonnées dans l'air poussiéreux. Aux talus arides s'affaissent le jaune étique des herbes. Les cigales psalmodient au brasier de midi et dans le mûr des blés quelques coquelicots exaltent la récolte. Ici, ailleurs, nulle part, partout, , la vie respire à petits coups, pendue au clou brûlant de la forge estivale.

 

Ile Eniger - Solaire - (à paraître)

 

Repost 0
16 août 2017 3 16 /08 /août /2017 11:08
La force, la puissance des paysans chez le peintre Bellet - Peinture à l'huile

La force, la puissance des paysans chez le peintre Bellet - Peinture à l'huile

Repost 0
16 août 2017 3 16 /08 /août /2017 10:32

Les temps viennent, ma nuit arrive, je n'irai pas plus loin que mes chaussures.

Où que j’aille,  je serai sans haine.

Je resterai une âme debout parmi les fils des forêts de vie où l'espoir garde sa place, une feuille sous le vent, là où, encore, les enfants chantent les lendemains.  

J’irai, ne renonçant à rien, il me faut vivre et dire ce à quoi je crois.

 

Extrait du texte de Jean-Michel Sananès :  "Je n'irai pas plus loin que mes chaussures" - Blog de Cheval Fou

Repost 0
15 août 2017 2 15 /08 /août /2017 13:58
A Vence - 06 - Samedi 19 et dimanche 20 août 2017

A Vence - 06 - Samedi 19 et dimanche 20 août 2017

Repost 0
11 août 2017 5 11 /08 /août /2017 10:45
Au plaisir de vous y rencontrer. I. E.

Au plaisir de vous y rencontrer. I. E.

Repost 0
1 août 2017 2 01 /08 /août /2017 09:08

Au plaisir de vous rencontrer sur ce  sympathique Salon du Livre. I. E.

Repost 0
29 juillet 2017 6 29 /07 /juillet /2017 10:19

Les mots sont foule contenue. De celle qui écrit, ils disent plus qu’elle ne sait. La limite humaine, son option à corrompre les sens d’exister, affecte plus sûrement le bonheur que l’orage les fleurs du jardin. Reste l’exercice de vigilance, rincer, nettoyer les laideurs rencontrées. Au plus près du feu, l’étincelle se fortifie. Appliquée sur la page, écolière qui ânonne des mots maladroits tendus vers la nitescence, celle qui écrit espère ne jamais renoncer. Le miroir implacable du texte renvoie une image multiple. Dans la lumière à joindre, a-t-elle déjà tellement marché, tellement vu de jours ? Si occupée qu’elle était, a-t-elle négligé la ride lente au front du voyage ?

 

Ile Eniger - La maison dans les airs - Éditions Chemins de Plume

Repost 0
25 juillet 2017 2 25 /07 /juillet /2017 09:06

"La nature a toutes les mémoires et pourtant elle est un absolu présent"

Anne Dufourmantelle

Repost 0

  • : PAGES ECRITES
  • PAGES ECRITES
  • : Littérature
  • Contact

  • Ile Eniger
  • Auteur
  • Auteur

Bandeau - A propos - Blog : Photos Ile E.

 

Recherche

Les archives de ce site ne portent que sur les 4 derniers mois

 Photos et textes sont protégés, prière de demander une autorisation d'utilisation, merci et bonne visite

Catégories